Comment prendre de belles photos immobilières ?

Mathilde BUREL photographe immobilier

Suite à mon article « Rédiger une annonce de vente immobilière pour une maison« , je traite aujourd’hui de « comment prendre de belles photos immobilières ? ». Pourquoi ? Tout simplement parce que l’image est la première chose qu’un acquéreur voit de votre bien. C’est donc elle qui va susciter l’envie de l’internaute d’aller plus loin et d’ouvrir le lien vers l’annonce.

Pour prendre de belles photos immobilières, il faut impérativement respecter certaines règles que j’expose ci-dessous.

Vous me suivez ?

Préparation du bien

L’environnement de la prise de photos immobilières doit être identique à celui que le visiteur verra en entrant chez vous.

Je me répète, mais il est donc essentiel que votre appartement ou votre maison soit accueillant. Les pièces devront ainsi être soigneusement rangées. Rien ne traîne, tout a une place dans les tiroirs, les placards ou à la cave…

Votre bien sent le propre : l’aspirateur n’a rien laissé au hasard (plinthes, derrière des portes, dessous des lits), la serpillère a éliminé toutes les traces, le chiffon a fait disparaître  la poussière des meubles, bibelots et cadres.

Tout ce qui est très personnel (photos, signes religieux) a disparu. Les collections également. Enfin, vous avez choisi parcimonieusement les vases et bibelots que vous laissez sur les meubles.

Le lieu est ainsi neutre et votre acquéreur peut se projeter.

Le choix de l’appareil et des objectifs

Nous n’avons pas tous la chance de posséder un appareil photo professionnel avec une gamme élargi d’objectifs. Il n’en reste pas moins que quelques règles s’imposent.

La première est d’avoir un appareil de qualité. Vous privilégierez donc un réflex ou un compact à un smartphone qui fait des photos floues.

La deuxième est d’utiliser un objectif grand angle. C’est la raison majeure qui fait renoncer aux photos des smartphones. En effet, à moins d’un objectif complémentaire, peu gèrent le grand angle. Les compacts seront donc réglés sur un format paysage ou bâtiment sans zoom. Pour les réflex, vous opterez pour un objectif entre 10 mm et 20 mm. En effet, au dessus, vous aurez des difficultés à prendre les pièces de petite taille.

La troisième est de se servir autant que possible d’un pied photo ou au moins d’un support. La problématique est toujours la même : éviter les images floues.

Les réglages

Une fois la préparation du bien achevée et le choix du matériel effectué, vous allez passer à l’action. Là encore, des règles sont à respecter.

Tout d’abord voyons la luminosité. Les acquéreurs recherchent des biens lumineux où ils ne vont pas déprimer… Il est donc impératif d’ouvrir les volets et de prendre des photos immobilières de jour ! Faites l’expérience, prenez des photos avec l’éclairage artificiel. Le résultat est souvent très jaune, pas très engageant…

Un deuxième ennui avec les photos d’intérieur est la différence de luminosité entre intérieur et extérieur. Si vous prenez une photo face à une fenêtre, vous aurez un intérieur sombre et une fenêtre « cramée ». A moins de retoucher toutes vos photos, mieux vaut trouver une astuce. Vous pouvez dans un premier temps préférer les photos avec la lumière matinale ou celle de fin de journée. Elle est en effet moins agressive et donne un rendu plus doux, plus chaleureux. Ensuite, vous pouvez biaiser en faisant la mise au point sur l’élément lumineux et vous décaler sur un point intérieur. Ceci évitera le « cramage » de la photo. Le HDR est également une solution qui permet d’équilibrer la lumière dans l’image.

Une fois cette question réglée, que doit-on utiliser comme ouverture ? Et bien le mieux est un réglage intermédiaire. En effet, une ouverture trop petite va rendre votre arrière plan flou. Tandis qu’un ouverture trop grande ne donnera pas la consistance, l’épaisseur dont une photo d’intérieur a besoin. Par exemple, j’utilise un Tamron 10-24 que je règle à 11 d’ouverture car c’est l’ouverture optimum pour cet objectif. Vous pouvez trouver cette ouverture optimale pour votre objectif sur internet.

photo immobilière

Le cadrage

C’est ici que votre talent est mis à l’épreuve… ou presque. Vous n’avez pas besoin de vous appeler Doisneau pour réaliser une photo immobilière. Là encore, quelques règles simples sont à appliquer.

Jamais de photos verticale ! En effet, les sites internet d’annonçage sont paramétrés pour recevoir des images en format paysage 10/15. Donc, si votre image arrive en format portrait, elle va être redimentionnée, rapetissée voir déformée. En somme, votre photo donnera l’impression d’un couloir ce qui n’est pas très heureux quand on veut parler d’espace (même quand il n’y en a pas…).

Ensuite, vous devez publier des images qui donnent envie de visiter votre logement. On se fiche donc du couloir et des toilettes (on n’y vit pas). Par contre, le salon, le balcon, la cuisine, les chambres, éventuellement la salle de bain sont des pièces à photographier. Pour ce faire, vous devez prendre des photos immobilière d’ensemble et non des détails. L’idée générale est de donner l’impression d’espace et non de faire un focus sur votre canapé.

Voilà ! Avec ces conseils, vous devriez obtenir de belles photos immobilières et ainsi pouvoir attirer l’oeil d’un futur acquéreur.

Bonne vente et à bientôt sur mon blog !

No Comments

Leave a reply