La Confluence – résolument moderne

Entre Saône et Rhône, le nouveau quartier de La Confluence est l’extrémité septentrionale de la presqu’île, le bout du 2° arrondissement de Lyon. Je vous emmène aujourd’hui sur les pas des architectes de ce projet de réhabilitation de grande envergure d’une zone sortie du néant au XVIII° siècle et qui est actuellement un quartier prisé haut de gamme.

Un peu d’histoire

Au XVIII° siècle, le bout de la presqu’île est marécageux et formé de plusieurs îles. Hors la population lyonnaise se densifie et Lyon a besoin de s’étendre. C’est l’ingénieur Antoine-Michel PERRACHE qui proposera et débutera les travaux d’assèchement et de remblaiement des lônes (bras du fleuve) en 1769. Le chantier durera jusqu’en 1841. A la même époque des projets sont lancés pour l’aménagement de la rive est du Rhône (Jean-Antoine Morand).

Au XIX° siècle, la volonté politique est de diversifier l’économie lyonnaise. Avec l’arrivée de la ligne ferrovière Saint-Etienne/Lyon, une zone industrielle s’installe. Usine de gaz, abattoirs, gare, prison, église Sainte Blandine, port Rimbaud (1926) : La Confluence devient un quartier ouvrier.

Avec l’arrivée de l’autoroute, la fermeture du port industriel, la délocalisation du marché-gare, il fallait trouver un nouvel élan pour ce quartier enclavé derrière la gare de Perrache. En 1999, le projet de développement est lancé. Ce sont les urbanistes Thierry Melot, Oriol Bohigas et Catherine Mosbach (MBM) qui sont retenus pour plancher sur le plan général de développement. Le projet étant trop important, il faudra attendre 2008 et la création de la SEM (société économique mixte) Lyon-Confluence pour que des tranches de travaux soient définies et que commence réellement l’aménagement du secteur.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire de Confluence, voici quelques liens :

http://www.lyon-confluence.fr/fr/frise-chronologique/

http://www.lyon-confluence.fr/fr/projet-urbain/

Quant on se promène dans le quartier de la Confluence, on est frappé par la richesse des formes, des matières, par les jeux de lumière dans, entre et sur les bâtiments. Les bâtiments neufs nous frappent généralement par leur aspect massif et bétonné. Ici, les massent jouent à cache-cache : parfois découpées sur le ciel bleu, elles se fondent l’instant d’après dans un nuage. Les reflets se croisent donnant des couleurs vive aux façades métalliques, faisant apparaitre des ombres sur la chaussée… Un endroit qui vit au rythme du soleil et des saisons : un lieu parfait pour un photographe…

Les immeubles sont des parallélépipèdes rectangles, éventuellement des cubes, tout le monde le sait ! A priori, les architectes qui ont conçu les bâtiments de la Confluence ne le savaient pas. Alors ils ont fait zigzaguer les étages, créant, une terrasse ici, un balcon là. Les boîtes s’empilent comme les Kaplas, le métal se tord…

Voilà, notre promenade dans le nouveau quartier de La Confluence est fini. J’espère que vous irez vous y promener pour capter la lumière du lieu.

Plutôt que de plagier les spécialistes, je vous renvoie vers le site suivant pour des précisions sur l’architecture du secteur.

A bientôt pour de nouvelles aventures en terre lyonnaise.

 

Si vous souhaitez vendre un bien dans ce secteur, n’hésitez pas à me contacter : http://mathilde-burel.fr/contact  Estimation gratuite

No Comments

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.