Les bords de Saône côté Caluire

Depuis 2013, il est possible de marcher depuis la Confluence jusqu’à l’île Barbe en remontant le cours de la Saône. Les aménagements ont permis aux lyonnais de réinvestir les bords du fleuve, d’y flâner parmi de nombreuses oeuvres architecturales et artistiques. Le projet a également participé à la préservation d’espaces naturels comme les roselières dont la biodiversité est exceptionnelle et particulièrement menacée par la navigation sur la Saône.

J’ai voulu ici vous faire partager le début d’une balade au soleil couchant. En espérant qu’elle vous plaise…

L’île Barbe se situe dans le quartier de Saint-Rambert-l’île-Barbe (9° arrondissement de Lyon), une ancienne commune annexée à Lyon en 1963.

L’histoire de « l’insula barbara » (l’île barbare) commence au III° siècle avec l’érection d’une petite église par les ermites Stephanus et Peregrinus qui s’y installent pour fuir les persécutions. Au V°siècle,  une abbaye y est fondée. Elle deviendra une des plus puissante de la région grâce notamment à Charlemagne qui la dote d’une extraordinaire bibliothèque. Il est dit qu’il aimait s’y retirer une fois l’an pour méditer. Au XI° siècle, l’abbaye adopte la règle de Saint Benoît et assied son emprise sur Lyon. Les troupes protestantes l’incendient en 1562, faisant disparaître édifice et bibliothèque. Il ne reste de cette période faste que des vestiges, les matériaux ayant servi à la construction des habitations de l’île.

Pour faciliter la vie sur l’île, un pont est construit sur la Saône, reliant Saint Rambert à Caluire, en 1827.

Aujourd’hui, quelques rares privilégiés jouissent de la sérénité des lieux. Si vous avez l’occasion, allez dîner à l’Auberge de L’île, une des meilleures tables lyonnaises.

Pas la peine d’un long discours, mieux vaut un lien efficace

Personnellement, j’aime la lumière qui se dégage de ce lieu. En fonction des moments de la journée, des conditions atmosphériques, les boules de verre qui jalonnent le belvédère diffusent des couleurs vives ou plus tendres, forment des aplats légers ou soutenus le long du ponton. Un vrai bonheur pour les photographes… et les amateurs de pêche à la ligne…

La chanson dit « il suffit de passer le pont, c’est tout de suite l’aventure… ». C’est un peu ce qui se passe avec la promenade des bords de Saône dès que l’on a passé l’ancienne écluse de Caluire direction Lyon. Le sentier parfois pavé, souvent caillouteux, parfois boueux, réserve de multiples surprises, de petits recoins pleins de poésie, le silence, le repos des instants de méditation… le paradis en somme ! Et pourtant le quai juste au dessus… Le fleuve redonne, à cet endroit de la ville, l’esprit campagnard qu’il arbore plus au nord en remontant sur Villefranche.

Quelques percées de vie moderne pourtant en ces lieux paisibles de bords de fleuve. Il est possible à de nombreux endroits de remonter sur le quai : trop fatigué, trop pressé… le tourbillon des véhicules est juste au dessus.

L’autre manière de pratiquer le fleuve, c’est de le parcourir sur les eaux. Les trois clubs d’aviron et quelques anneaux pour de rares résidents en sont témoins, la Saône est riche d’une diversité qui, souhaitons le, sera longtemps préservée…

Notre balade s’arrête là. A bientôt pour un nouvel épisode !

Vous souhaitez vendre un bien dans ce secteur ? Contactez-moi : http://mathilde-burel.fr/contact  Estimation gratuite

No Comments

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.