Les trésors du parc de Lacroix- Laval

Parc de Lacroix Laval

Aujourd’hui je vous invite à découvrir un lieu que j’apprécie particulièrement : le parc de Lacroix- Laval. Pourquoi ? Vous n’avez qu’à lire la suite et vous comprendrez aisément ce qui m’attire en ces lieux chargés d’histoire et de poésie.

Alors, vous me suivez ?

Histoire du domaine de Lacroix- Laval

Je ne saurais me résoudre à oublier l’histoire du lieu aussi banale fût-elle. Ainsi, l’histoire du nom du domaine « commence-t-elle » – il n’y a pour l’instant pas de trace antérieure – au XII° siècle. Une mention du Seigneur de Laval est faite en 1376 dans un contrat de vente. Le « Val » est le nom de la vallée que surplombe le château. Nous avons donc la deuxième partie du nom.

Mais la première, d’où vient-elle ? Et bien au XVIII° siècle, Jean Boussin de Lacroix, trésorier de France à Lyon, acquiert le domaine. Il adjoint alors le titre de Seigneur de Laval à son nom et le tour est joué : dès lors le domaine prendra la dénomination de Lacroix de Laval puis de Lacroix- Laval pour plus de commodité.

Tout cela est bien intéressant, mais le château ne date pas du XVIII°me direz-vous ! Et bien non ou du moins pas complètement. En effet, lorsqu’on parle du château de Lacroix- Laval, on mentionne un édifice du XVI° siècle. Mais comme pour beaucoup de « maisons de campagne » sur Lyon, le bâtiment a subi de nombreuses modifications. Tout d’abord entre 1739 et 1776, les successeurs de Jean Boussin vont confier à Soufflot le soin de remanier le château en résidence secondaire. Ensuite, l’architecte Duchemin modifiera le bâtiment en 1919. Enfin, suite aux rachats de la propriété par l’Etat en 1965 puis par le Conseil Général du Rhône en 1979, des travaux sont entrepris afin de restaurer et d’achever le bâtiment. Ces dernières modifications sont l’oeuvre de deux architectes lyonnais : Pierre Vurpas et Claude Vigan.

Les jardins du parc de Lacroix- Laval

Il est essentiel de faire mention de ces jardins car le parc de Lacroix- Laval fait parti des jardins remarquables. Et pour cause.

Les jardins à la française en premier lieu ont été conçus entre 1922 et 1924 par le paysagiste Achille Duchesne très en vue à la fin du XIX° et au début du XX° siècle. Il restaura notamment le jardin de Vaulx le Vicomte. S’étalant devant de château, c’est un lieu paisible où poussent les tulipes botaniques au printemps. En été, les fontaines rafraichissent l’air de leur clapotis tandis qu’on peut se prélasser avec un bon livre sous les frondaisons des érables planes.

Un autre lieu admirable est le potager où 300 variétés de fruits, de légumes et de fleurs anciens issus de la région lyonnaise sont scrupuleusement conservés sur 6000m2. Entre la serre construite dans les années 30 et les allées de buis taillées au cordeau, il fait bon s’y promener en admirant la diversité du monde végétal.

Enfin, la roseraie est également un conservatoire des plus belles créations lyonnaises entre 1835 et 1924. Elle n’a rien à envier à celle du parc de la tête d’or avec ses 135 variétés. Mais vous ne saviez peut-être pas que Lyon fut capitale des roses avec des rosiéristes de renom tels Guillot, Pernet-Ducher, Plantier et tant d’autres.

115 hectares de prairies et forêts

A tout dire, ce que je préfère dans le parc de Lacroix- Laval, ce sont les circuits en sous-bois. En partant des parkings souvent bondés car les familles lyonnaises aiment à s’échapper dans ce coin de verdure, on traverse les prairies, toutes aussi envahies d’enfants et de parents attentifs, et on arrive en lisière du bois. Tout d’un coup, le silence se fait. Les cris des enfants ne sont plus qu’un lointain souvenir (enfin, ceux des autres…). Le chemin – il ne sent pas la noisette mais est tout aussi accueillant que celui de la chanson- nous tend les bras. Et il ne reste plus qu’à s’enfoncer, se perdre dans les méandres où seuls les oiseaux et quelques joggeurs perturbent le silence.

Le parc offre de nombreuses activités. Ainsi, les sportifs se régaleront avec les circuits vallonnés du parc ou avec le parcours de santé. Pour les initiés, un très bon parcours de course d’orientation est proposé.

Les enfants trouveront de quoi gigoter dans les aires de jeux. Vous pourrez également leur faire plaisir avec un tour de manège ou une promenade à poney. Il pourront aussi observer les daims dans le parc près du château.

Pour les amateurs de plantes rares, je vous invite à explorer la clairière au milieu du parc. On y trouve en effet quelques variétés d’orchis et ophrys en saison. D’ailleurs, j’ai oublié de mentionner que le parc des classé espace naturel sensible.

Voilà ! Désormais vous savez presque tout sur ce très beau parc de Lacroix- Laval.

Un lien pour aller plus loin

A bientôt pour de nouvelles aventures en terre lyonnaise.

No Comments

Leave a reply