Le Parc de la Tête d’Or

parc de la tête d'or

Le Parc de la Tête d’Or ! Quel lyonnais n’y a flâné un dimanche en famille ? Quel visiteur n’y a été conduit ? Vous vous dites donc : c’est du réchauffé, on connait. Aujourd’hui j’ai décidé de vous amener là où tout le monde ne passe pas. Dans les allées ombragées du parc, hors de la foule, des cyclistes et des coureurs. Vous me suivez ?

Nous entrons par une petite porte (souvent close) au nord-est du parc, en face de la salle 3000. Pas de foule pour nous accueillir sinon celle des écureuils et des mésanges. Le sous-bois est frais et agréable, les bruits de la ville s’estompent à mesure que nous nous enfonçons dans le parc.

Petite histoire du Parc de la Tête d’Or

Savez-vous qui a construit le parc de la tête d’or et pourquoi ? Petits éléments de réponse…

Depuis le début du XIX° siècle, un projet de parc public était à l’étude à la mairie de Lyon. Pourquoi un parc en centre ville ? Nous sommes dans la période hygiéniste de l’urbanisme : les villes ne doivent plus être sombres, salles, les citadins doivent pouvoir respirer du « bon air », le but étant d’éradiquer certaines maladies (les congés payés sont également issus de cette tendance). Par ailleurs, les autorités redoutent de nouveaux soulèvements des canuts comme en 1831 et 1834. L’idée est donc d’enrayer le chômage en embauchant les canuts aux travaux de construction du parc.

Un parc donc pour permettre aux lyonnais de changer d’air, oui mais où ? Lyon s’est jusqu’ici développé à l’ouest, sur la presqu’île (cf article sur la confluence) et, se développe désormais sur la rive est du Rhône à grand renfort de travaux d’assèchement. Il fallait une zone tampon entre le Rhône régulièrement en cru et les nouvelles habitations. Le domaine de Grange Lambert, déjà surnommé Tête d’Or, n’est donc pas choisi au hasard par le préfet Claude-Marius Vaïsse. Le terrain est acheté en 1856 aux Hospices Civiles et les travaux commencent la même année.

Le parc ouvrit ses portes pour la première fois en 1857 soit un an après le début des travaux. Ceux-ci se terminèrent en 1861.

La légende du Parc de la Tête d’Or

J’ai un faible pour les histoires, alors je vais vous conter celle du parc de la tête d’or.

Il est dit qu’au Moyen Age, des Croisés auraient enfouis un fabuleux trésor au bord du Rhône, trésor au milieu duquel figure un tête du Christ en or. Depuis le lieu s’appelle Tête d’Or pour marquer l’endroit. Lors des travaux de construction du parc, les canuts, mis à contribution pour l’aménagement des 117 hectares de parc, auraient retourné la terre du parc, creusant 16 hectares sur plusieurs mètres de profondeur dans l’espoir de trouver le trésor. La pelle de l’un d’eux aurait mis à jour la tête du Christ. Cette découverte inestimable aurait alors provoqué une bagarre entre les canuts incapables de partager. Ce que voyant, le Christ, attristé de voir les hommes s’empoigner devant son image, aurait versé des armes, tant de larmes, qu’elles remplirent rapidement le trou que les canuts avaient creusés, engloutissant la tête dorée. Ne reste plus que la légende et le nom du parc.

Malicieuses petites bêtes du Parc de la Tête d’Or

Sur le chemin, nous croisons de nombreuses petites bêtes : écureuils, oiseaux, insectes. Ils sont discrets, s’enfuient dès qu’il y a un tantinet de raffut, mais savent se rapprocher de l’objectif quand on prend patience et qu’on se fond dans l’environnement.

Un petit tour et puis s’en va…

J’ai encore mille chose à vous raconter sur ce parc, lieu de balade privilégié des lyonnais, mais je vois vos yeux divaguer vers autre chose. Il est temps pour moi de m’arrêter. J’espère que les images et l’histoire vous auront distrait !

A bientôt pour de nouvelles aventures en terre lyonnaise.

 

Si vous êtes vendeur d’un bien sur le secteur, n’hésitez pas à me contacter : http://mathilde-burel.fr/contact  Estimation gratuite.

No Comments

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.